Les derniers chiffres de Twitter

Logo de  Twitter, réseau social et service de microblogging

Notre tour d’horizon des derniers chiffres sur les réseaux sociaux ne serait pas complet sans évoquer le plus célèbre service de microblogging, Twitter. Après un bref aperçu des récentes statistiques liées à Google Plus et Facebook, intéressons-nous à Twitter.

Créé en 2006, le réseau social est désormais bien implanté sur le marché, et sa côte de popularité continue encore de grimper. Preuve en est, Twitter aurait récemment dépassé la barre des 500 millions de comptes. D’ailleurs, chaque seconde, 11 nouveaux comptes seraient créés sur le réseau. C’est sans surprise que les Etats-Unis détiennent le plus grand nombre d’utilisateurs, avec 107,7 millions de comptes enregistrés, suivi par le Brésil (33,3 millions), le Japon (29,9 millions), et le Royaume-Uni (23,8 millions).
Tous ces chiffres restent tout de même à relativiser quand on sait le nombre de comptes multiples, de faux comptes, ou encore de comptes inactifs qui existent sur la plateforme.

Ainsi, lorsqu’on se penche de plus près sur Twitter, il convient plutôt d’insister sur l’activité quotidienne du service de microblogging, et notamment sur son nombre de tweets publiés chaque jour, qui atteint les 175 millions. Twitter bat régulièrement des records du plus grand nombre de tweets par seconde. Un nouveau record du plus grand nombre de tweets lors d’un évènement sportif a même été établi le 5 février dernier. Lors de la 46ème finale du Super Bowl, la plateforme a enregistré une moyenne de 10 245 tweets par seconde durant les dernières minutes du match.

L’accès à Twitter se fait principalement par son site Internet (64%), puis par un client comme TweetDeck, HootSuite, ou encore Seesmic (10%), sans oublier la version mobile (16%).

La raison principale pour laquelle un message est retweeté reste l’intérêt du contenu, suivi du contact personnel avec l’auteur du message, et l’humour. Enfin, on décide principalement de suivre une nouvelle personne lorsqu’elle nous a été suggérée par nos amis.

Toutes ces statistiques sur la marque à l’oiseau sont présentes dans l’infographie suivante.

Publicités

Les derniers chiffres de Facebook

Logo du réseau social Facebook

Alors que Google Plus se fait progressivement une place dans le paysage des réseaux sociaux, en ayant récemment franchi la barre des 100 millions d’inscrits, Facebook, le leader incontesté du marché, bientôt côté en bourse, revendique déjà 845 millions d’utilisateurs actifs chaque mois. Le réseau social créé par Mark Zuckerberg devrait atteindre, d’après les récentes estimations de l’agence iCrossing, le milliard d’utilisateurs d’ici la fin de l’été 2012.

Les chiffres sont impressionnants. Facebook représente, à lui seul, 20% du total des pages vues dans le monde. Par jour, le réseau social comptabilise 2,7 milliards de likes, et 250 millions de photos téléchargées. La moitié des utilisateurs s’y connectent via leur téléphone portable. Un utilisateur passe en moyenne vingt minutes par jour sur le réseau.

Contrairement au réseau social de Google, la majorité des utilisateurs de Facebook sont des femmes (57%). C’est l’Europe qui totalise le plus de membres inscrits, avec plus de 223 millions d’utilisateurs, mais c’est en Amérique du Nord que le taux de pénétration y est le plus élevé. Plus de la moitié de la population nord-américaine possède un compte Facebook.

Au travers de l’infographie suivante, je vous laisse découvrir le reste des statistiques du réseau social de Mark Zuckerberg, avec notamment un point sur les jeux les plus populaires de la plateforme, ainsi que sur sa récente introduction en bourse.

Les derniers chiffres de Google Plus

Logo du réseau social Google Plus

Un peu plus de six mois après son lancement, il convient de se demander où en est exactement la plateforme sociale de Google. Véritable réussite ou célébrité éphémère ?

Lancé à la fin du mois de juin 2011, le réseau social de Google, censé concurrencer le géant Facebook, semble plutôt bien se porter. Il affiche même un succès grandissant, puisque les chiffres font état d’un nombre d’utilisateurs qui aurait doublé en l’espace de trois mois. Si l’on en croit les dernières statistiques, la barre des 100 millions de membres inscrits aurait été dépassée tout récemment. Mieux encore, le réseau social se fixe pour objectif d’atteindre les 400 millions de membres avant la fin de l’année 2012.

Parmi les pays les plus actifs sur le réseau social de Google, les États-Unis figurent encore largement en tête avec plus de 30% des membres inscrits, suivi de l’Inde (14%) et du Brésil (5%). L’Europe est encore loin, très loin derrière : le Royaume-Uni affiche à peine 4% d’utilisateurs, mais fait bien mieux que l’Allemagne (2,20%), l’Italie (1,76%), ou encore l’Espagne (1,70%). La France n’entre même pas dans la liste des dix pays les plus représentés.

Autre fait marquant, le réseau social de Google a su séduire un bon nombre d’étudiants, puisqu’ils représentent plus de 20% des utilisateurs. Le réseau social de Google reste majoritairement fréquenté par des hommes (67%). Enfin, 40% des utilisateurs de la plateforme sont célibataires.

Même si très prometteuse, la croissance de Google Plus reste à nuancer. En effet, sur les 90 millions de comptes ouverts en janvier, seulement 54 millions étaient actifs quotidiennement. Facebook affiche aujourd’hui une avance considérable, et il apparaît ainsi très difficile pour Google Plus de se faire une place sur un marché largement dominé par le réseau social de Mark Zuckerberg, qui compte à l’heure actuelle presque 900 millions d’inscrits.

L’expérience de Google va-t-elle lui permettre de rivaliser avec Facebook, et devenir à son tour un réseau social majeur ? L’avenir nous le dira !

Vous retrouverez tous ces chiffres, ainsi que beaucoup d’autres, dans l’infographie qui suit.

Comment les marques se doivent-elles de répondre aux critiques sur les médias sociaux ?

L’émergence des médias sociaux a fait naître une certaine communication latérale entre les internautes, mais elle a également permis d’instaurer un dialogue bidirectionnel entre la marque et ses consommateurs.

De récentes études indiquent que, sur les médias sociaux, 90 % des conversations autour des marques proviennent directement des internautes, mais que près de six internautes sur dix ne souhaitent pas être envahis par la communication de ces marques. Ces chiffres montrent clairement que les annonceurs ne maîtrisent pas encore leur communication sur ce type de médias.

Il convient donc pour les marques de ne pas adopter une stratégie digitale trop globale, qui ne prendrait alors pas en compte les attentes et les spécificités propres de chacun de ses clients. Ainsi, il devient de plus en plus évident qu’une marque se doit de participer à la conversation au bon moment, sur le bon média social, et auprès du bon interlocuteur.

De façon plus précise, on peut alors s’intéresser à l’attitude et à la réaction qu’une marque se doit d’adopter, lorsqu’émergent des critiques négatives émises publiquement de la part de sa communauté. Comment répondre à ces critiques sur les médias sociaux ? L’infographie présentée ci-dessous, réalisée par l’entreprise de marketing digital The ODM Group, nous donne un aperçu de réponse en y décrivant les différentes réactions des marques face à ces critiques négatives.

La méthodologie observée repose sur 5 principes clés :

  • Surveillez les médias sociaux pour y découvrir le plus tôt possible des problèmes potentiels  ;
  • N’ignorez pas les retours négatifs, dans la mesure où les ignorer engendrerait un encore plus grand ressenti négatif. Réagir face aux plaintes, répondre aux questions, redirigez les personnes vers le service approprié ;
  • Lorsque vous faites face à un retour négatif, engagez la conversation aussi vite que possible ;
  • Prévoyez un plan de crise. Que peut-il se passer ? Comment réagiriez-vous ? Même un plan d’action des plus rudimentaires vous aidera plus que pas de plan du tout ;
  • Engagez le dialogue personnellement. Les gens sont parfaitement enclins à se calmer, s’ils parlent à une personne réelle avec un nom.

Comment améliorer son taux de clics sur Twitter ?

Twitter, vous connaissez ? Réseau social et outil de microblogging, la marque à l’oiseau est aussi une excellente plateforme de captation d’audience pour les annonceurs, les éditeurs, ou encore les blogueurs cherchant à rapatrier un maximum de visiteurs sur leurs sites. Nombre de caractères, présence de liens, mots, verbes ou mentions… Voici quelques astuces pour optimiser votre taux de clics sur Twitter.

Cette infographie réalisée par Dan Zarella, en collaboration avec HubSpot, est basée sur une étude statistique de 200 000 tweets. Elle permet de mettre en évidence quelques règles élémentaires à respecter lors de la rédaction d’un tweet, afin d’en maximiser son nombre de clics.

Ce qu’il faut retenir de cette étude :

  • Les tweets dont la longueur se situent entre 120 et 130 caractères ont un taux de clic supérieur ;
  • Le lien doit se situer à un quart de la longueur du tweet, soit vers le trentième caractère ;
  • Trop de tweets à l’heure fait grandement chuter le taux de clics : on frôle le 0% dès le cinquième lien publié par heure ;
  • Le taux de clics peut être optimisé en utilisant des expressions types, telles que « via », « @ », « RT », « please » ou encore « check » ;
  • Il vaut mieux éviter d’utiliser les expressions types comme « @addthis », « marketing » ou « @getglue », ces termes faisant légèrement baisser le taux de clics ;
  • Il est recommandé d’utiliser davantage de mots d’actions comme les verbes ou adverbes, plutôt que des noms ou des adjectifs ;
  • Dans une moindre mesure, les jours les plus propices à la publication de tweets sont le jeudi, le samedi et le dimanche ;
  • Les tweets publiés dans l’après-midi et en soirée ont un taux de clics plus élevé que ceux publiés en matinée.

Facebook : plus de 800 millions d’inscrits et une introduction en bourse

Facebook confirme sa domination sur les réseaux sociaux du monde entier avec un nombre d’utilisateurs s’établissant à plus de 800 millions… Le réseau social star se rapproche petit à petit du milliard symbolique. Si l’on devait comparer ce chiffre au nombre d’habitants d’un pays, Facebook se classerait troisième en termes de population mondiale. Simplement hallucinant.

Si l’on s’attarde un peu plus sur le nombre d’inscrits par pays, on constate tout d’abord que les Etats-Unis, pays le plus actif sur ce réseau social, affichent une baisse continue du nombre d’utilisateurs, signe d’un réseau social arrivé à maturité. D’autres pays montrent, quant à eux, une nette progression du nombre d’inscrits. Le Brésil et l’Inde notamment, qui ont vu leur nombre de membres grimper de 2 millions lors du dernier mois. La France se classe neuvième avec un peu plus de 23 millions de membres.

Puisque l’on est dans les chiffres, voici quelques statistiques intéressantes…

  • Plus de 50% des utilisateurs actifs se connecte tous les jours ;
  • Le nombre moyen d’amis est de 130 ;
  • Il existe plus de 900 millions de pages, groupes, évènements… ;
  • L’utilisateur moyen est connecté à 80 pages communautaires, groupes ou évènements ;
  • Plus de 2 milliards de likes et commentaires sont postés chaque jour ;
  • 250 millions de photos sont uploadées chaque jour en moyenne ;
  • Le site est accessible en plus de 70 langues ;
  • 75% des utilisateurs sont en dehors des Etats-Unis ;
  • 20 millions d’applications sont installées chaque jour ;
  • 500 millions d’utilisateurs utilisent une application chaque mois ;
  • 7 millions de sites ont intégré Facebook ;
  • 350 millions d’utilisateurs utilisent Facebook depuis leur mobile ;
  • 475 opérateurs mobiles ont intégré Facebook à leur service.

Une introduction sur les marchés cotés imminente…

L’entrée en bourse la plus attendue de l’année 2012 est sans aucun doute celle de Facebook. D’après le Wall Street Journal, le dépôt d’un dossier financier serait imminent. Selon des rumeurs provenant de sources proches du dossier, Facebook pourrait déposer les documents nécessaires à son introduction en bourse dès mercredi prochain. Si ce timing s’avère exact, les premières cotations auraient lieu entre le mois d’avril et le mois de juin 2012. Quelque soit la date d’introduction en bourse du réseau social, il est certain qu’il s’agira de la plus importante sur l’année 2012.
Si la prévision de 10 milliards de dollars de levée de fonds auprès des actionnaires est maintenue, il s’agirait alors de la quatrième plus grosse entrée en bourse de tous les temps pour une société américaine (derrière Visa, General Motors et AT&T). Il s’agirait aussi de la plus grosse introduction en bourse pour une société du secteur de l’Internet, bien devant Google, qui avait levé 1,67 milliards de dollars en 2004.
La valeur de la capitalisation de Facebook pourrait atteindre jusqu’à 100 milliards de dollars d’après les experts, ce qui placerait l’entreprise à égalité de valeur avec McDonald’s. Lors de son entrée en bourse, Google avait été évalué à 23 milliards de dollars.
Pour rappel, le chiffre d’affaires de Facebook, provenant à 89% de la publicité, est estimé pour l’année 2011 à 4,27 milliards de dollars (d’après le cabinet d’études américain eMarketer). Pour la France, on parle d’un chiffre d’affaires proche des 150 millions d’euros.

Voici une infographie provenant du site américain InTheCapital, résumant l’introduction en bourse de Facebook en s’appuyant sur quelques points de comparaison…

Cette introduction boursière marquerait l’émergence d’une nouvelle génération de jeunes millionnaires dans la Silicon Valley, à un niveau non atteint depuis celle de Google.
Le fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, âgé de 27 ans aujourd’hui, a lancé son réseau social depuis sa chambre d’étudiant à Harvard en 2004, et verrait aujourd’hui sa fortune atteindre, après cette entrée en bourse, environ 24 milliards de dollars. C’est moins que celle de Bill Gates, fondateur de Microsoft, mais plus que les 16,7 milliards de dollars de chaque co-fondateur de Google.

Mark Zuckerberg avait toujours été réticent à l’entrée en bourse de Facebook, se méfiant alors des effets néfastes que cela pourrait avoir sur le réseau social. Depuis fin 2011, l’entreprise compte 500 actionnaires, ce qui l’oblige alors à publier ses informations financières, chose qu’elle n’a jamais fait depuis sa création. Mark Zuckerberg s’est alors laissé convaincre qu’une introduction en bourse serait bénéfique pour son entreprise… Affaire à suivre.